Adhérents

Élagages sanitaires dans la forêt départementale du Mont Préneley, tout en préservant le Paysage et la biodiversité

I – LES ELEMENTS TECHNIQUES

Surface : 7 ha

Type de peuplement : futaie d’épicéa

Zonages de protection : Site classé, site Natura 2000

Depuis 2021 la parcelle comptait quelques épicéas secs en lien avec les attaques de typographes. Vu la faible ampleur du phénomène (quelques dizaines de tiges à l’échelle de la parcelle) et en l’absence d’évolution de l’état sanitaire il a été décidé de ne pas intervenir.

En effet l’exploitation représente un stress pour un peuplement déjà fragilisé par les conditions météorologiques des dernières et génère un risque d’amplification du phénomène (mise en lumière brutale des tiges, blessures éventuelles pouvant attirer les scolytes).

Cependant les conditions météorologiques de la fin d’été 2023 (record de chaleur au mois de septembre : https://meteofrance.com/actualites-et-dossiers/actualites/le-mois-de-septembre-leplus-chaud-jamais-observe-en-metropole) ont permis aux scolytes de poursuivre leur développement, provoquant un rebond épidémique.

DCIM100MEDIADJI_0749.JPG

De nouvelles taches d’arbres secs sont apparues dans la parcelle, s’agrandissant rapidement, avec en parallèle la mortalité d’arbres épars dans le peuplement, atteignant 15% du peuplement soit 1,05 ha environ diffus dans l’ensemble des 7 Ha. Comme prescrit par l’arrêté préfectoral de lutte contre les scolytes, et avec l’aide de l’Office National des Forêts, la décision a été prise de procéder à une éclaircie sanitaire.

En amont des travaux, une concertation locale a été organisée par le Conseil départemental de la Nièvre et l’Office National des Forêts pour présenter les enjeux et les moyens d’y répondre à travers les travaux envisagés. Cette réunion s’est déroulée en présence d’élus départementaux et locaux, de représentants de l’EPCC BIBRACTE et de l’association Autun Morvan écologie, d’un riverain, de l’ONF et du Parc du Morvan.

L’association Autun Morvan écologie a été conviée également au martelage des bois.

La coupe réalisée est une éclaircie à caractère sanitaire, seuls les arbres atteints ont été récoltés. Il s’agissait cependant d’une première exploitation c’est pourquoi il a été nécessaire de créer les accès au sein de la parcelle. La coupe s’est déclinée donc en 4 volets :

1- Agrandissement de la place de dépôt : la place de dépôt était trop petite pour permettre la manœuvre des grumiers. Il convenait donc de l’agrandir nécessitant l’abattage de 3 lignes d’épicéas secs qui la bordaient et un reprofilage à la pelle.

2- Ouverture de collecteurs : les collecteurs sont les cloisonnements sur lequel d’autres cloisonnements débouchent et qui permettent d’acheminer les bois jusqu’à une place de dépôt. Au nombre de 2, ils sont situés perpendiculairement aux cloisonnements d’exploitation et suivent les courbes de niveau. Leur ouverture nécessitait l’abattage des épicéas sur le tracé et un reprofilage à la pelle.

3- Ouverture de cloisonnements d’exploitation : les cloisonnements d’exploitation sont des voies de circulation sur la parcelle. Ils sont empruntés par les engins d’exploitation forestière pour abattre, débusquer et débarder les bois. Une largeur de 4 m est nécessaire et suffisante pour permettre leur circulation. Ils ont été implantés dans le sens de la plus grande pente, pour des raisons de sécurité des opérateurs et de préservation du peuplement sur pied (moins de risque de blessures des arbres en place). L’intervalle entre chaque cloisonnement est de 16 m et leur ouverture a nécessité seulement l’abattage des épicéas sur leur tracé.

4-Eclaircie sanitaire : récolte exclusive des arbres atteints.

 

II – LA PRISE EN COMPTE DES ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX

A – LA BIODIVERSITE

Le DOCOB Natura 2000 préconise la suppression des résineux sur le site.

L’aménagement de la forêt a été rédigé en ce sens par l’Office National des Forêts et prévoit la récolte progressive du peuplement concerné. En outre, les feuillus (hêtres) seront préservés au maximum lors de la création des collecteurs. La présence d’une grande blaireautière en bas de la parcelle étant connue de l’ONF, le tracé du collecteur inférieur a été décalé afin de ne pas impacter la quiétude de cette espèce.

Enfin, en cohérence avec l’engagement de l’ONF à protéger un mieux les sols forestiers, un réseau de collecteurs a été mis en place et les entreprises auront la consigne d’y déposer les rémanents d’exploitations afin de réduire l’impact des machines.

Les travaux d’exploitation ont été réalisés courant mars afin de limiter au maximum les impacts sur la faune et la flore, et d’être achevés avant la reprise des cycles biologiques.

B – LE PAYSAGE

La parcelle concernée présente un enjeu paysager important : site classé, visibilité importante depuis le Mont Beuvray. Il était donc prévu de procéder à la suppression des résineux (conforme à l’aménagement et aux directives Natura 2000) par des éclaircies successives afin de laisser se développer un sous étage par régénération naturelle qui atténuera la visibilité de la coupe définitive.

C – ACCUEIL DU PUBLIC

La parcelle est bordée en partie par le sentier de découverte des sources de l’Yonne ; afin de limiter l’impact visuel depuis ce dernier, le tracé du collecteur supérieur a été décalé.

Crédits photo : Parc Naturel Régional du Morvan, Cd Nièvre

Conseil départemental de la Nièvre

Département de Bourgogne-Franche-Comté au contact des régions Centre et Auvergne, la Nièvre est bordée par la Loire à l’ouest et la montagne morvandelle à l’Est. Elle compte 209 161 habitants pour 6 817 km2 (31 habitants au km² – données INSEE 2016). Nevers est son chef-lieu. « Vert Pays des Eaux Vives », la Nièvre possède près de 5 000 kilomètres de rivières et canaux, pas moins de 2 600 étangs recensés et quatre des cinq grands lacs du Morvan. Elle possède surtout 225.000 hectares de forêt soit environ 1 hectare par habitant, la 4ème forêt feuillue française (la 1ère chênaie de France) et la première forêt de résineux de l’ex-Bourgogne.

Le Conseil départemental est présidé par Fabien BAZIN.

Développant depuis presque trente ans une politique active en matière de préservation de la biodiversité et des paysages et de sensibilisation du public aux enjeux environnementaux, le Conseil départemental de la Nièvre a été l’un des premiers signataires de la charte nationale des Espaces Naturels Sensibles mise en place par l’Assemblée des Départements de France.

Il a institué en 1991 la Taxe Départementale des Espaces Naturels Sensibles (TDENS) qui lui a permis de préserver et d’ouvrir au public des sites dont les aspects écologiques et/ou paysagers sont remarquables et reconnus par des inventaires scientifiques et des classements (ZNIEFF, site Natura 2000, site classé, etc…). Le site du Mont Préneley et des sources de l’Yonne, comprenant la hêtraie du Mont Préneley est l’un de ces espaces naturels sensibles.

Par ailleurs, le Conseil départemental est propriétaire d’environ 356 ha de boisements, principalement feuillus, dont la gestion est orientée vers le recherche d’un équilibre afin de
pérenniser la ressource, tout en maintenant ses fonctions écologiques, économiques et sociales.

L’aménagement forestier du Mont Prénéley : CDNievre_Amgtforestier_preneley_2011_2030

L’aménagement des autres forêts départementales : Forêts CG58 amenagement complet

 

 

 

 

 

Service Patrimoine Naturel

Tel : 03.86.60.58.79

Site internet: https://nievre.fr/

Les adhérents du GGRFB

Le Groupement pour une Gestion Responsable des Forêts Bourguignonnes est constitué aujourd’hui de 6 adhérents, tous fondateurs de l’association.

Trois de ces adhérents sont des collectivités territoriales, deux d’entre eux sont des associations et le 6ème est un établissement public.

L’ensemble des propriétés boisées de ces adhérents représentent au total 2 047 ha, en juin 2021.

Détails : GGRFB liste forets_juin2021

Descriptif des forêts : GGRFB_fiches_forets_FSC_2021

 

Montmain , un écrin de verdure aux portes d’Autun

Véritable écrin de verdure de 290 hectares bordant la ville d’Autun, la forêt de Montmain, composée de hêtraie, de chênaie-charmaie est un site exceptionnel au niveau écologique et paysager. Elle recèle des milieux naturels remarquables, abrite des plantes rares comme la sphaigne spongieuse et la drosera (plante carnivore protégée), des vestiges archéologiques galloromains (aqueduc et villa), et de nombreux captages d’eau potable pour la ville.

Englobant le sentier des gorges de Brisecou et la cascade du même nom, c’est un lieu privilégié de loisirs et d’activités de plein air pour les Autunois et leurs hôtes. La préservation de cette magnifique forêt essentiellement feuillue constitue surtout un bel exemple de réussite d’une action concertée entre différents acteurs ayant la même volonté environnementale.

En effet, alors que la Fondation de France qui en avait reçu le legs devait la mettre en vente en 2003, la Ville d’Autun, le GFSFM (Groupement pour la sauvegarde des feuillus du Morvan) et le Conservatoire des espaces naturels bourguignons se sont entendus pour l’acquérir et y développer une sylviculture durable, proche de la nature, en futaie irrégulière.

Chaque partenaire est propriétaire de parcelles propres: la ville d’Autun pour 191 ha, le Conservatoire 70 ha et le GFSFM de 32,5 ha dont une ancienne terre agricole de 7 hectares qui se recolonise en essences précieuses locales et qui fait l’objet d’un suivi technique de son évolution dans le cadre de la charte forestière du PNRM.

Un chemin de découverte de la forêt permet de communiquer sur les milieux forestiers et les modes de gestion proches de la nature.

La forêt de Montmain du GFSFM s’est dotée de nichoirs à chouettes chevêches, de ruches pour les abeilles et d’un réseau d’arbres vieillissants et à cavité riches en espèces d’insectes menacées.

 

Plus d’informations :

– CENB : CENB_PSG_Montmain_2010_2024

– GFSFM : PSG_Montmain

– sites : http://sauvegarde-forets-morvan.com

Ville d’Autun

Ville partenaire du Parc naturel régional du Morvan dont elle constitue la porte d’entrée au sud, Autun, 17.000 habitants, est la ville centre d’un territoire d’environ 50.000 habitants organisé dans la Communauté de Communes de l’Autunois qui rassemble 22 communes et le Pays de l’Autunois Morvan qui réunit cinq Communautés de communes. Le maire d’Autun, Rémy Rebeyrotte, est également le président de la Communauté de Communes de l’Autunois.

 

Autun est Ville d’Art et d’Histoire. Son patrimoine exceptionnel, gallo-romain hérité d’Augustodunum et médiéval, attirent chaque année plus de 300.000 visiteurs. Depuis longtemps, l’environnement et le cadre de vie sont des axes forts des politiques municipales:

Plan Municipal d’Environnement en 1992,

Charte d’écologie urbaine en 1997.

En mars 2000, le conseil municipal décide à l’unanimité la rédaction d’un Agenda 21 local qui devient communautaire en 2004. Première ville de sa taille en Bourgogne à avoir mis en service une chaufferie biomasse d’une puissance de 8 MégaWatts (MW) alimentant le réseau de chauffage urbain desservant l’équivalent de 3.500 logements, elle vient de décider de l’installation d’une seconde de 2 MW afin de faire face aux demandes intermédiaires du printemps et de l’automne.

La CCA a adopté en décembre 2011 le nouveau programme d’actions de son Agenda 21 pour les 5 prochaines années. La préservation de la forêt feuillue et des paysages et la protection de la biodiversité figurent parmi ses objectifs prioritaires. L’ Agenda 21 local a fixé cinq objectifs dans ce domaine:

promouvoir une sylviculture basée sur la régénération naturelle des peuplements, maintenir la place des feuillus dans les forêt de l’Autunois, promouvoir la certification FSC ® de la forêt, renforcer la fonction récréative des forêts, être exemplaire dans les forêts communales.

Dans la même veine, la CCA a planté en 2011 un verger conservatoire sous les remparts de la vielle ville, participe activement à la journée de l’arbre et a mis en place un programme de gestion raisonnée des espaces verts communautaire, communaux et privés tendant vers le « zéro phyto » et l’économie d’eau.

La ville d’Autun a acquis la forêt de Montmain en 2003, en collaboration avec le Conservatoire des Sites naturels bourguignons et le Groupement forestier pour la sauvegarde des Feuillus du Morvan.

 

L’aménagement forestier des forêts communales d’Autun :  AUTUN_AmgForestier_2019_2038.

 

Contact :  Julien Barnay

Responsable du pôle environnement de la CCA-ville d’Autun

Tél. 03.85.86.64.65

Site internet : https://www.autun.com/

Le Parc naturel régional du Morvan

Au coeur de la Bourgogne, le Parc naturel régional du Morvan, créé en 1970, réunit aujourd’hui 117 communes et quatre villes partenaires des départements de la Nièvre, Saône-et-Loire, Côte d’Or et Yonne. Sa superficie est de 281 400 hectares et sa population est de 72.000 habitants, villes portes comprises.

Les orientations du Parc, les actions et les moyens pour atteindre ces orientations sont rassemblés dans une Charte, contrat engageant pour 12 ans les collectivités, communes et intercommunalités, les départements, la Région ainsi que l’Etat.

L’organisme de gestion est le syndicat mixte qui regroupe des élus représentants des communes adhérentes, les départements, la région, ainsi que les représentants de l’Etat. Avec l’aide d’une équipe de techniciens, il applique les orientations de la charte.

Le label Parc naturel régional témoigne d’un territoire rural qui présente une identité forte, au patrimoine naturel et culturel riche, mais à l’équilibre fragile. L’enjeu de la politique du Parc consiste donc à favoriser un développement durable des piliers de l’économie morvandelle, agriculture, forêt et tourisme tout en préservant les ressources, la biodiversité et les paysages.

La forêt s’impose depuis des siècles dans le paysage, l’économie, la vie quotidienne, la culture et l’imaginaire des Morvandiaux. Aujourd’hui elle couvre en moyenne 50 % du territoire du Parc naturel régional du Morvan, avec des taux atteignant 85 % sur les communes du Morvan central.

Sa nature a profondément évolué depuis un demi-siècle avec un enrésinement massif, favorisé par le Fonds forestier national à partir des années 1950, qui atteint aujourd’hui un taux de 50%. Le Parc naturel régional du Morvan a signé dès 2004 avec de nombreux partenaires de l’ensemble de la filière, une « Charte forestière de territoire » pour une gestion forestière durable et le développement du territoire.

L’aménagement forestier de la forêt de Bresseille : PnrM_AmgtForestier_Bresseille_2013_2032

 

 

 

Contact:

Laurent PARIS, Responsable du service Environnement

Tél.03.86.78.79.00

Site internet : https://www.parcdumorvan.org/

 

Le Groupement Forestier pour la Sauvegarde des Feuillus du Morvan

Le Groupement Forestier pour la Sauvegarde des Feuillus du Morvan (GFSFM) a été fondé en 2003 à l’initiative de l’association environnementale Autun Morvan Écologie pour sauver la forêt de Montmain aux portes d’Autun.

Quinze ans plus tard, plus de 700 sociétaires porteurs de parts sont collectivement propriétaires d’environ 300 ha répartis en dix-sept forêts situées sur quinze communes. La plupart des forêts est comprise dans les départements de Nièvre et de Saône-et-Loire, quelques unes en Côte d’ Or et une dans l’ Yonne.

Initialement créé par Lucienne Haese et Thierry Colin, le GFSFM est, aujourd’hui, administré par trois cogérants bénévoles ; Thierry Colin, Ghislaine Nouallet et Jacques Gorlier.

Le GFSFM est fondé sur l’engagement d’une sylviculture au profit des feuillus et des peuplements mélangés (méthode ProSilva), du respect de la biodiversité ainsi que de la lutte contre la fermeture des paysages. Il veut être un modèle de développement durable, une force de propositions et une vitrine de gestion équilibrée et rentable de la forêt.

Ses objectifs sont les suivants:

Acheter des parcelles qui se distinguent par une grande diversité arbustive et de milieu, devant être protégées d’une exploitation intensive mais également des parcelles de résineux afin d’en diversifier les peuplements en réintégrant des feuillus.

Démontrer qu’une gestion respectueuse de la forêt est rentable.

Sauver de la coupe rase des peuplements de feuillus ou mélangés qui ont un intérêt patrimonial ou paysager

Ralentir et pourquoi pas bloquer l’évolution inquiétante de l’enrésinement des forêts du Morvan

Avoir une position de propriétaire responsable auprès des instances forestières.

 

Les forêts du groupement sont gérées avec des méthodes proches de la nature, par régénération naturelle, mélange d’essences, irrégularité des âges et préservation des arbres morts et des arbres à cavité.

L’expert forestier, spécialiste de la futaie irrégulière, est chargé de sélectionner les arbres qui seront coupés et de suivre les travaux de bûcheronnage. Les coupes réalisées par éclaircie ponctuelles ont pour objectif de mettre en place les conditions d’implantation d’une régénération naturelle de la forêt.

Le traitement irrégulier permet d’avoir un revenu constant et de capitaliser des arbres d’avenir, tout en respectant les milieux forestiers.

Les plans simples de gestion du GFSFM :

Forêt d’Alligny : PSG_Alligny

Forêt de Laizy : GFSFM_PSG_LAISY_2019

Forêts de Sussey/Remilly/Larochemillay : PSG_Sussey_Remilly_Larochemillay

Forêt de Montmain : PSG_Montmain

Forêt de La Reu : GFSFM_LaReuPSG_2019

 

 

Contact: Jacques GORLIER, cogérant GFSFM.

Tel.: 03 85 54 37 49

Site internet: https://www.sauvegarde-forets-morv

Mail : contact@sauvegarde-forets-morvan.com

Le Conservatoire d’Espaces Naturels de Bourgogne

Depuis sa création en 1986, le Conservatoire d’espaces naturels de Bourgogne, association loi 1901 reconnue d’intérêt général, vise à préserver la biodiversité bourguignonne. Il est partie prenante d’une fédération nationale des Conservatoires d’espaces naturels présents en France.

Ainsi, le Conservatoire se donne pour missions de :

– Connaître et comprendre les milieux naturels et les espèces pour mieux les préserver,

– Gérer et entretenir les milieux naturels par des techniques respectueuses de la biodiversité,

– Protéger des sites en devenant propriétaire ou gestionnaire des parcelles,

– Sensibiliser les citoyens à la préservation de la nature et leur faire découvrir les richesses de la région,

– Accompagner les acteurs locaux et les politiques publiques en faveur de la biodiversité.

Le Conservatoire gère en 2020 plus de 180 sites, représentant environ 5700 hectares répartis sur l’ex-Région Bourgogne. Il s’agit de parcelles acquises par le Conservatoire ou de parcelles appartenant à des collectivités ou des privés, qui ont souhaité en confier la gestion au Conservatoire via des conventions de partenariat. Les milieux concernés sont très variés : forêts, tourbières, landes, marais, prairies humides, pelouses calcicoles… Ces sites font l’objet de l’attention d’une trentaine de salariés avec un ancrage territoriale fort par la présence d’une antenne par département.

Ces sites ont un intérêt écologique important à l’échelle régionale, voire nationale ou européenne. Ainsi, la très grande majorité des sites est rattaché à Natura 2000 ou bénéficie d’un statut de protection ou d’un classement au titre des espèces ou des milieux naturels. Enfin, le Conservatoire est gestionnaire de trois des quatre Réserves Naturelles Nationales de Bourgogne. En décembre 2013, l’Etat et le Conseil régional ont agréé le Conservatoire au titre de l’article L.414-11 du Code de l’environnement. Ainsi, ils reconnaissent l’intérêt de ses actions et affirment leur soutien à l’association.

Afin de définir la gestion la plus adaptée pour un site, le Conservatoire élabore des documents de gestion. Ces documents comportent un diagnostic du patrimoine naturel et socio-économique du territoire. Ils ciblent ensuite les enjeux de conservation du patrimoine naturel, leur assigne des objectifs et déploie un programme d’action permettant d’atteindre ces objectifs.

 

Les plans simples de gestion du Conservatoire d’Espaces Naturels de Bourgogne :

– Bois du Parc : CENB_PG_RNN_BOIS DU PARC_2022-2031

– Montmain : CENB_PSG_Montmain_2010_2024

 

Contact CENB : Aurélien POIREL

Tél. 03.80.79.25.99

Site internet: https://www.cen-bourgogne.fr/

1 2