Bibracte – Mont Beuvray

Bibracte – Mont Beuvray, Grand Site de France

D’une superficie de 920 hectares, la forêt de Bibracte couvre la totalité des pentes du Mont-Beuvray, troisième sommet du Morvan (821 m) et cache sous une partie de son couvert forestier les vestiges de l’ancienne capitale des Éduens.

Gérée par l’Établissement public de coopération culturelle (EPCC) de Bibracte pour le compte de ses propriétaires, (752 ha à l’Etat, Ministère de la Culture et de la Communication et 168 ha au Parc Naturel Régional du Morvan), la forêt de Bibracte Mont-Beuvray s’étend sur les communes de Glux-en-Glenne, Larochemillay et Saint-Léger-sous-Beuvray, à cheval sur les départements de la Saône-et-Loire et de la Nièvre. Bibracte EPCC en a confié l’entretien et l’exploitation à l’ONF.

La gestion du massif est par ailleurs suivie par un comité de pilotage qui comprend les représentants de l’Office National des Forêts, du PNRM et des administrations concernées (DRAC et DREAL).

La hêtraie à sous-bois de houx, favorisée par les conditions de sol et de climat, couvre 50 % de sa surface, l’autre moitié étant constituée de peuplements de résineux plantés dans les années 1960-1970 sur d’anciennes prairies abandonnées par le recul de l’agriculture ou sur d’anciennes parcelles de feuillus reconverties.

La richesse biologique du milieu (présence importante d’espèces rares ou protégées, tant animales que végétales) est telle que le massif tout entier a été classé au titre des sites pour son intérêt paysager et scientifique et qu’il est référencé ZNIEFF et Natura 2000.

La gestion est différenciée par secteurs, selon qu’ils couvrent ou non des richesses archéologiques avérées et accueillent du public. Les 145 hectares occupant l’espace à l’intérieur des remparts de l’ancien oppidum sont l’objet d’un programme paysager à long terme (un siècle) permettant le travail des archéologues et la mise en valeur du site archéologique tout en préservant les zones écologiquement et biologiquement les plus intéressantes ou les plus fragiles.

Les 775 hectares restants ont un rôle principal de production forestière. Les peuplements résineux sont éclaircis afin de permettre une régénération naturelle et la réintroduction de peuplements feuillus. Entre 3 et 4000 m3 sont exploités dans ce cadre chaque année.

Les peuplements feuillus sont parcourus par une coupe d’amélioration ayant comme objectif d’orienter le peuplement vers la futaie irrégulière. Afin de valoriser cette ressource, Bibracte et la municipalité de Glux-en-Glenne ont installé deux chaufferies à plaquettes, en 2007 au musée puis en 2008 à Glux-en-Glenne, où elle dessert le centre de recherche ainsi que des bâtiments communaux.

Classée à double titre des Monuments historiques et des Sites, le site de Bibracte-Mont-Beuvray a été labellisé Grand Site de France en 2007.

Plus d’informations sur le site: http://www.bibracte.fr